Perturbateurs endocriniens : types, effets et comment les détecter ?

Présents autant dans l’alimentation, l’activité industrielle ou encore les cosmétiques, les perturbateurs endocriniens suscitent l’inquiétude depuis bon nombre d’années, étant le sujet de travaux réalisés, entre autres, par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. Au-delà du terme quelque peu effrayant, que sont les perturbateurs endocriniens ? Où se trouvent-ils exactement ? Quels sont les effets des perturbateurs endocriniens sur notre santé ? Et comment les identifier afin de faire sans dans notre quotidien ? On vous explique tout, pas à pas…

Perturbateurs endocriniens : types, effets et comment les détecter ?Perturbateurs endocriniens : types, effets et comment les détecter ?

Perturbateurs endocriniens : c’est quoi ?

Les perturbateurs endocriniens font beaucoup parler d’eux, autant dans l’univers scientifique qu’industriel ou même cosmétique. Il faut dire que les études et travaux, notamment ceux réalisés par l’Anses, dédiés à ce vaste sujet ne sont pas des plus rassurants. 

Les perturbateurs endocriniens, à la fois naturels et artificiels

Un perturbateur endocrinien (PE) est « une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations », selon la définition émanant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ces substances peuvent être à la fois d’origine naturelle (on parle d’hormones) et artificielle (naissant de l’action humaine, on parle d’éléments de synthèse). Étrangères à l’organisme, elles sont susceptibles de perturber notre système endocrinien et, plus largement, notre organisme. 

 Les différents types de perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont situés dans bon nombre de milieux et activités où l’homme évolue. On peut citer les matières plastiques, l’emballage industriel, la peinture, les textiles, certains aliments, les produits de nettoyage ou encore, les cosmétiques. Parmi les perturbateurs endocriniens les plus célèbres, il y a le bisphénol A qui a défrayé la chronique jusqu’à être interdit comme composant dans les tétines et biberons en France depuis le 1er janvier 2015.

 Liste non exhaustive de perturbateurs endocriniens

- Mercure
- Plomb
- Parabènes
- Phtalates
- Triclosan
- Téflon
- Alkyphénols
- Dioxyde de titane
- Pesticides
- Plastifiants
- Polychlorobiphényles
- Isoflavones

Quels sont effets des perturbateurs endocriniens sur la santé ?

Les perturbateurs endocriniens n’en finissent plus d’être identifiés et étudiés, ce qui permet d’en savoir plus sur eux, notamment sur leur impact, et de constater qu’ils causent des dommages au quotidien si on n’y prend pas plus garde.

De vrais risques sur la santé et trois facteurs de transmission

Parmi les soucis relevés par les scientifiques au fil des années, trois ont été répertoriés : le blocage de l’activité hormonale, la modification de la production d’hormones ou des récepteurs de ces dernières et le rôle actif des perturbateurs endocriniens à la place des hormones d’origine. Trois conséquences directes sur la santé puisque ces éléments peuvent impacter la qualité du sperme, entraîner des problèmes de stérilité, retarder le bon développement du fœtus, causer des pubertés précoces, être responsables de certains cancers (prostate, seins, ovaire…), diabètes ou encore de cas d’obésité. Aliments, cosmétiques et logement font partie des trois principaux facteurs de transmission. Autant dire que nous sommes potentiellement tout le temps en contact avec ces substances perturbatrices ! 

Des perturbateurs endocriniens dans les aliments

Pour cause, les emballages alimentaires, souvent d’origine plastique, contiennent des perturbateurs endocriniens pouvant se déplacer sur les aliments, surtout après un réchauffage au micro-ondes. On peut citer les phtalates, très présents dans ces emballages et considérés comme cancérogènes mais, tout aussi délicat, pouvant mettre en berne les organes reproducteurs. Alors qu’ils composaient les accessoires de puériculture, de nombreux jouets, de cosmétiques ou encore de matériels médicaux, ils ont été interdits depuis. Les poissons gras (saumon), et plus largement les produits de la pêche, peuvent contenir d’autres familles de perturbateurs endocriniens identifiés, les polychlorobiphényles (ou PCB), interdits en 1987. Mais ce type de substances se montre résistante et peut encore se trouver dans les sols et être consommé par les herbivores tels que les vaches, les volailles ou les chèvres, atterrissant dans les œufs, le lait ou la viande... Autre aliment devenu courant dans notre quotidien, le soja. Riche en isoflavones, considérées comme des substances phyto-œstrogènes, le soja serait lié au risque de cancer du sein. 

Des perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques

On en parle de plus en plus. Ils se nomment parabènes (conservateur), triclosan (antibactérien), alkyphénols, phénoxyéthanol ou encore silicones et ils constituent de vrais perturbateurs endocriniens. Ils sont présents dans les gels douches, les shampooings, les vernis à ongles, les déodorants, les colorations capillaires ou encore les produits de rasage. Autrement dit, les perturbateurs endocriniens ont envahi les rayons de beauté et de bien-être. Alors que le parabène a été interdit dans les produits d’hygiène pour les enfants, il peut encore demeurer dans les produits dédiés aux adultes. 

Parmi les produits d’hygiène connus pour contenir des perturbateurs endocriniens, le dentifrice. Triclosan et propylparaben sont les deux principales substances de synthèse identifiées dans ces produits indispensables à notre santé bucco-dentaire. Il est donc essentiel de bien choisir son dentifrice.

Des perturbateurs endocriniens dans nos logements

La maison est un autre mode de transmission et cela a de quoi surprendre. Pourtant, il suffit de se rappeler combien la pollution domestique est importante afin d’en conclure que les perturbateurs endocriniens auraient tort de se priver ! Produits ménagers, peinture, mobilier, cire à parquet, tapis, imperméabilisant vestimentaire ou insecticides peuvent ainsi se composer de tels perturbateurs. 

Cosmétique, beauté, santé : comment détecter les perturbateurs endocriniens ?

Bien que les perturbateurs endocriniens soient une réalité, rien n’est perdu puisque vous avez désormais le choix parmi une vaste gamme de produits d’hygiène, de beauté ou alimentaires dépourvus de ces substances néfastes. 

 Les produits cosmétiques et d’hygiène, à la mode du naturel

De nos jours, vous pouvez tout à fait trouver des produits bons pour le corps et l’organisme. Les fabricants et marques ont bien compris les enjeux et ont su s’adapter, mettant sur le marché des produits plus sains dont les actifs sont extraits de la nature. On peut citer la coloration végétale qui fait de plus en plus d’émules ou bien encore, les produits lavants, les shampooings, les masques capillaires ou encore le maquillage. Tous ces produits de notre quotidien se sont réinventés afin de garantir efficacité, douceur et santé à chacun. A tel point que les produits disposent de labels et certifications (Ecocert par exemple) garantissant une conception dans les règles de l’art. Et justement, l’univers de la puériculture en fait partie, ce qui permet d’acheter tous les produits et accessoires de bébé sans aucun risque, que cela soit le liniment oléo-calcaire, le biberon, les couverts ou encore la sucette de votre bout de chou. 

Sans oublier un autre univers clé, celui de la cosmétique qui a vraiment réussi à prendre le virage du naturel ! Bref, vous n’aurez aucun mal à trouver une eau florale pour vous démaquiller, un shampooing à base d’acides de fruits, une crème anti-âge à base d’huiles essentielles pour lutter contre les affres du temps ou encore un filtre minéral afin de préserver votre peau des rayons ultraviolets. 

 Lisez bien les étiquettes des produits

Obligatoire depuis 1999, la liste des ingrédients riches d’abréviations et de termes techniques est légion mais vous saurez, grâce à elle, reconnaître les principaux perturbateurs endocriniens (triclosan, parabènes, dioxyde de titane, silicone, sulfate…) qui pourraient s’y trouver.
De la même façon qu’il est important de connaître la date limite d’utilisation des cosmétiques, vous devez savoir identifier les composants des produits que vous consommez ou appliquez.

Optez pour des produits de beauté et d’hygiène bio !

Vous assurant au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, les produits d’hygiène et de beauté bio ont la cote et vous permettent de répondre à tous les besoins, que cela soit pour vos enfants ou pour vous-mêmes. L’atout clé de ces produits bio ? Leur mode de conception, au plus proche de la nature et sans transformation ou avec peu de transformation. Car même un produit naturel ou bio, les deux types de produits différant dans leur mode de réalisation, est quelque peu modifié pour être utilisable. 

Chargement en cours...